L’étrange bibliothèque, Haruki Murakami

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Titre

L’étrange bibliothèque

Auteur

Haruki Murakami – illustrations de Kat Menschik

Genre

Nouvelle

Résumé

Vous avez une carte de lecteur à la bibliothèque depuis votre plus jeune âge. Vous connaissez les rayonnages par cœur, et vous vous rendez à la bibliothèque dès que vous vous posez une question, comme sur la collecte des impôts au Moyen Orient pendant l’Antiquité. Mais si un jour on vous conduit vers le sous-sol, méfiez vous. Les bibliothèques ne sont pas ce que vous croyez.

Mon avis

Il y a quelques années, j’avais découvert Haruki Murakami avec 1Q84. Étais-je trop jeune ou loin d’imaginer ce qui m’attendait, toujours est-il que je n’avais pas aimé ce premier contact. Pourtant, en tombant sur cette magnifique version illustrée de L’étrange bibliothèque à la bibliothèque universitaire, j’ai décidé de laisser une seconde chance à cet auteur.

L’étrange bibliothèque est bien mieux passé que son prédécesseur ! C’est une nouvelle d’une soixantaine de pages, qui narre l’aventure insolite d’un jeune lecteur dans la bibliothèque où il a ses habitudes. Une aventure terrifiante qui va lui dévoiler la face cachée de cette bibliothèque en apparence inoffensive.

Le personnage n’a ni nom, ni âge ; il nous est juste précisé qu’il est « jeune », sans plus de détails. Tout commence alors qu’il souhaite se renseigner sur la collecte des impôts dans l’Empire ottoman pendant l’Antiquité. Quel meilleur endroit pour répondre à ses questions que la bibliothèque ? On le redirige vers le sous-sol du bâtiment ; et là, notre héros se dit qu’il aurait mieux fait de s’abstenir…

L’ambiance entre le glauque et le fantastique m’a fait penser à l’oeuvre de Neil Gaiman. En très peu de pages, Murakami réussit à créer un monde étrange et fascinant. Les dessins de Kat Menschik sont un énorme plus ; plus que l’illustrer, elles soutiennent le récit.

Quand on aime la lecture et qu’on fréquente les bibliothèques ou les librairies, une histoire qui s’y déroule éveille l’intérêt. Après tout, c’est vrai : quand votre libraire/bibliothécaire vous quitte pour aller dans son stock, ça a sa part de mystère, non ?

Pour conclure, j’ai largement préféré L’étrange bibliothèque à 1Q84. Donc je n’exclus pas de redonner une autre chance à Murakami, et de lire un autre de ses romans. Et je serai plus prudente la prochain fois que j’irai à la bibliothèque…

Le labyrinthe finit pourtant par aboutir à une grande porte de fer, sur laquelle était placardée: SALLE DE LECTURE. Le lieu était aussi silencieux qu’un cimetière au plus profond de la nuit.

La note

7/10. Une nouvelle bibliophile envoûtante et mystérieuse

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s