L’attrape-cœur, J.D. Salinger

l'attrape coeurs.jpgTitre

L’attrape-cœur

Auteur

J.D. Salinger

Genre

Contemporain

Résumé

Holden Caulfield vient d’être renvoyé de son lycée. Encore. Entre rester au lycée jusqu’aux vacances ou rentrer chez ses parents, le jeune homme prend ses valises et part en vadrouille. De chambres d’hôtel en squats, de bonnes en mauvaises rencontres,

Mon avis

L’attrape-cœurs est un livre culte aux Etats-Unis, moins connu en Europe. J’avais entendu à son propos tous les avis, des plus élogieux au moins enthousiastes. Donc j’ai voulu me faire mon idée.

Le récit se déroule sur les trois jours qui suivent le renvoi de Holden Caulfield, élève intelligent mais peu discipliné. L’adolescent ne souhaite pas plus rester au lycée que rentrer chez ses parents, il va donc errer dans New York, remplis d’ivresse et de fièvre. Une parenthèse pour le jeune homme, habitué aux pensionnats prestigieux et à un milieu bourgeois, sur lequel il porte un regard critique.

Pour être franche, pendant les premières pages, je prenais Holden pour un petit con. Et en effet, il en a les caractéristiques, mais c’est un petit con attachant. Après tout, à 16 ans, qui n’en est pas un ? Plus proche du anti-héros, il se crée pourtant une réelle proximité entre le lecteur et le personnage.

Holden vit dans les années 1950 et vient de la petite bourgeoisie américaine, mais les questionnements liés à l’adolescence restent similaires à ceux d’aujourd’hui, donnant à ce récit une dimension (que je trouve) universelle. C’est simple, c’est sans fard, c’est plein d’émotions brutes.

Je n’en attendais pas autant de la part d’un petit livre de 250 pages. En dépit d’une plume très franche, proche du langage parlé, ce livre regorge de petites phrases qui ne paient pas de mine mais sont magnifiques.

L’attrape-cœurs est un très beau roman sur l’adolescence, profondément humain, avec un charme fou. Je le conseille à tous ceux qui ont aimé Le monde de Charlie de Stephen Chbosky.

Elle avait une voix agréable. Ou plus précisément comme une agréable voix de téléphone. Elle aurait dû transporter un téléphone avec elle.

(…)

Les filles, c’est comme ça, même si elles sont plutôt moches, même si elles sont plutôt connes, chaque fois qu’elles font quelque chose de chouette on tombe à moitié amoureux d’elles et alors on ne sait plus où on en est. Les filles. Bordel. Elles peuvent vous rendre dingue.

(…)

Faut jamais rien raconter à personne. Si on le fait, tout le monde se met à vous manquer.

La note

8/10. Les tendres confessions d’un ado d’après-guerre.

Publicités

Un commentaire sur “L’attrape-cœur, J.D. Salinger

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s