La fille automate, Paolo Bacigalupi

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Titre

La fille automate

Auteur

Paolo Bacigalupi

Genre

Science-fiction

Résumé

Royaume thaï de Sa Majesté la Reine Enfant, dans un futur instable. Famines et catastrophes écologiques se sont succédées, forçant les Hommes à s’adapter pour survivre. Tandis que chaque graine est modifiée pour survivre aux maladies, Anderson Lake, représentant d’une multinationale agroalimentaire, est sur la piste d’un fruit jusqu’alors inconnu. Ses recherches vont le mener à Emiko, automate japonaise réduite en esclavage, à la recherche d’un échappatoire.

Mon avis

Je découvre l’oeuvre de Paolo Bacigalupi avec La fille automate, une lecture loin, très loin de ce que j’imaginais. Je vous parle aujourd’hui d’un roman de science-fiction qui pousse loin la réflexion sur l’avenir de l’humanité.

Emiko est une automate : objet de luxe dans son pays d’origine, le Japon, elle est devenue une esclave sexuelle au royaume thaï, où elle est considérée comme une infamie. Elle croise le chemin d’Anderson Lake, représentant d’une des plus grosses entreprises caloriques mondiales.

Je pensais l’histoire centrée exclusivement sur Emiko, mais ce n’est pas le cas ; d’ailleurs elle n’apparaît qu’au bout d’une cinquantaine de pages. Mais le point de vue alterne entre plusieurs personnages, aux origines et aux intérêts très différents. Ils sont remarquables de complexité : d’Anderson Lake à Kanya, du thaï au farang, ils sont tous en demi teinte, ni blancs ni noirs, luttant avant tout pour leur propre survie. On s’attache à Emiko, et on se révolte contre les traitements dégradants qu’elle subit dans des scènes crues.

Les premières pages ont été proches du calvaire, tellement elles étaient ardues à comprendre. L’auteur décrit avec une précision folle un univers très (trop ?) complexe, où s’affrontent entreprises agroalimentaires américaines et gouvernements thaïs, où les manipulations génétiques échappent à tout contrôle, où les catastrophes écologiques et les maladies menacent les Etats. Et le tout est terriblement crédible. Le vocabulaire thaï utilisé ne rend pas la compréhension facile, on s’y familiarise doucement.

Même si en version poche ce roman compte tout de même 600 et quelques pages, j’aurais apprécié en savoir plus sur le devenir d’Emiko, ou du moins une fin différente, plus détaillée.

Pour conclure, La fille automate est très loin de ce que j’imaginais : mais le résultat final est assez impressionnant. Peu de dystopies décrivent des mondes post-apocalyptiques ainsi, avec de tels enjeux autour des ressources alimentaires.

Au Japon, elle était une merveille. Ici, elle n’est rien d’autre qu’une automate. Les hommes rient de ses mouvements étranges et grimacent de dégoût de son existence même. Elle est une créature interdite pour eux. Les hommes thaïs aimeraient beaucoup la jeter dans leurs cuves de compost à méthane. Entre elle et un homme d’AgriGen, il est difficile de savoir de qui ils préféreraient se débarrasser en premier.

La note

6/10. De la science-fiction très pointue.

Publicités

Un commentaire sur “La fille automate, Paolo Bacigalupi

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s