Enclave t.1, Ann Aguirre

enclave.jpg

Titre

Enclave tome 1

Auteur

Ann Aguirre

Genre

Science-fiction

Résumé

Trèfle a grandi sous terre, dans un refuge appelé une enclave. Cette société sous-terraine, menacée par la faim, la maladie et les monstres qui peuplent les tunnels, est régie par des règles strictes qui permettent d’assurer la survie de ses membres.

Alors que Trèfle devient majeure au regard des Aînés de l’enclave et devient une Chasseuse, son nouveau co-équipier, Del, lui ouvre peu à peu les yeux sur les secrets qu’on leur dissimule sur la vie à la surface.

Mon avis

Bien que le young adult m’exaspère parfois à cause des montagnes de clichés qu’il déplace avec lui, j’ai voulu donner sa chance à Enclave. En dépit de bonnes idées, je ne suis pas tout à fait convaincue.

Dans un monde post-apocalyptique, Trèfle vit sous terre dans une enclave où rares sont ceux qui dépassent les 25 ans. Conditions de vie rudes, lois implacables, menaces des Monstres, la jeune fille a appris à se plier aux règles. Mais son nouveau partenaire de chasse, Del, qui n’est pas né ici, ne voit pas les choses de la même manière. À l’encontre de ce que Trèfle a toujours cru, il soutient que la vie à la surface est possible.

L’univers ne réinvente rien : un monde post-apocalyptique, une survie rude, une Terre devenue hostile, une société très hiérarchisée composée de castes, une jeune héroïne combative. Pourtant ce petit monde est plutôt bien imaginé et cohérent. J’ai beaucoup aimé le rapport au passé qu’entretient Trèfle, qui peut paraître décalé et un peu cocasse ; la moindre « relique » de l’ancien monde devient source d’étonnement. Les notes de l’auteur à la fin du livre apportent un éclairage intéressant sur son projet d’écriture, et sur les sources qui lui ont servi pour imaginer l’apocalypse. Elle s’est renseignée pour rendre son récit le plus crédible possible. Certes, il n’y a pas de gros efforts d’écriture de fournis, mais sa plume est plutôt efficace.

Arrive alors la première ombre au tableau : les personnages. Trèfle d’abord, héroïne et narratrice : elle a l’étoffe d’une guerrière, mais il lui manque une vraie personnalité. Je n’ai pas réussi à accrocher avec elle. Del est quant à lui le stéréotype du brun ténébreux, copié/collé un nombre incalculable de fois, devenu chiant comme la pluie. Voilà pour notre duo ; mais aucun personnage secondaire n’est suffisamment creusé pour relever le niveau.

Deuxième point noir, celui que je redoute à chaque fois que j’ouvre un roman de YA : les histoires d’amuuur. Et là on atteint des sommets de médiocrité. La romance est pliée et expédiée au bout de 70 pages. Non mais franchement. ARRÊTEZ ! LES ! HISTOIRES ! D’AMOUR ! AUSSI ! NIAISES ! Du balais avec votre amour dégoulinant !

 angry mad hate frustrated grumpy GIF

J’ai trouvé qu’il y avait un fossé étonnant entre la première partie pas trop mal développée et la seconde partie du roman bâclée : les événements s’enchaînent trop rapidement, alors que de plus amples détails n’auraient pas été du luxe. Sans parler de Trèfle, que je ne supportais plus.

Enclave ne m’a finalement pas conquise, et la série s’arrête ici pour moi. Je commence à désespérer de découvrir de nouveaux romans young adult à mon goût.

Les Chasseurs s’approchèrent, leurs cadeaux dans les mains, et les empilèrent à mes pieds. Une montagne d’objets intrigants grandissait à vue d’œil. Je n’avais aucune idée de leur utilité… De quoi décorer peut-être ? Les gens de l’ancien monde semblaient obsédés par les objets dont le seul but était d’être jolis. Pas d’être utiles. Moi, je ne pouvais concevoir une chose pareille.

La note

5/10. Une dystopie au beau potentiel, gâchée par trop de clichés.


Crédits
Photo prise par mes soins
Gif : giphy.com